Accéder au contenu principal

Stephane Distinguin empowhers

Qui es-tu ?
Stéphane Distinguin


D’où viens-tu et où en es-tu actuellement?
Tu commences où? [sourires]
Ecoute, moi je viens de l’autre côté de la révolution numérique et je viens d’un milieu qui n’est pas celui du business. Je suis un émigré sur nos sujets business communs!
Et c’est très important pour moi pour deux raisons:
  1. nos sujets sont des sujets sur lesquels il y a très peu de personnes qui ont été formées et qui ont académiquement appris. L’envie d’aventure est plus importante que tout le reste
  2. avoir un point de vue sur des sujets autre que le business ou le numérique m’a toujours semblé important. Comme par exemple considérer que la littérature est plus importante que tout le reste.


Comment te considères-tu en 3 mots?
Curieux
Engagé
Entrepreneur


Quel serait un jour “normal” dans ta vie?
Faire des emails [rires]
Une journée normale c’est accompagner mes fils à l’école, démarrer une réunion à 8h45 à l'extérieur du bureau. Je suis très souvent dehors, à l’extérieur


Quelle expérience considères-tu comme la plus impactante dans ta carrière aujourd’hui?
J’ai toujours l’impression que c’est la dernière en date ou celle bien à venir.
Je n’ai vraiment pas le sentiment d’avoir achevé quelque chose ou d’avoir toujours eu une idée arrêtée de ce que je voulais faire, de ce que j’allais faire.
C’est marrant que tu me poses cette question, car il y a quelques mois je me suis souvenu de moments où j’avais vu la lumière. Et quelques semaines après j’ai eu l’impression de les avoir oubliés.
Les moments que j’ai préférés ont été ceux où j’ai vu des collègues (des personnes arrivées après moi dans l’entreprise) être meilleurs que moi ou être vraiment tels que je souhaitais les voir être et évoluer
J’ai ressenti des émotions fortes également quand j’ai entendu des personnes de l’extérieur comprendre précisément ce qu’on faisait et comment on le faisait.
Il y a quelques semaines j’ai reçu un mail d’une jeune personne sincère, qui me raconte son histoire vis à vis de FABERNOVEL et qui a compris ce qu’on y faisait. Ce mail m’a beaucoup touché. Moi ce sont les jeunes qui m’intéressent le plus, c'est leur regard qui a le plus d'importance quand on s'intéresse au futur.


Que ferais-tu différemment maintenant qu’il y a plusieurs années?
Je serai plus ambitieux plus tôt


Quel conseil partagerais-tu avec les jeunes?
Celui de construire leur carrière sur
  • la confiance : il faut assumer d’être jeune. Cette génération a la chance exceptionnelle d’être sur un sujet qui les favorisent. Le seul où ils peuvent être plus compétents que le patron de la boite avec un fort impact.
Cette opportunité énorme ne doit pas mettre la fiabilité de côté. C’est la base : être à l’heure, répondre aux emails. Les gens extrêmement brillants savent tout cela, mais je doute qu’ils me lisent… [sourire en coin]. Il est très important d’apprendre à être fiable.
  • La capacité à avoir un avis, de savoir le donner, d’assumer ses convictions. C’est important de lire pour pouvoir se faire un avis sur les choses, de garder un oeil sur le monde extérieur.
  • Créer et gérer son réseau. Je pense que c’est très important dans l’économie contemporaine de savoir créer, identifier et comprendre les opportunités.
Je pense être un bon exemple de ce dernier point :  en partant de zéro, j’ai réussi à créer et maintenir compétences et réseaux


Comment priorises-tu les choses/tâches dans ta vie quotidienne?
Mal. J'en fais trop, je m'engage et je ne veux pas décevoir.
Je pense que je progresse. C’est une chose qui s’apprend. Encore!
En tant qu’entrepreneur, cela fait partie des choses qui ne peuvent que s’améliorer.
Je pense souvent à Il était une fois la révolution et au héros artificier, qui jongle entre la dynamite à mèche longue et à mèche courte. Aux gymnastes chinois qui font tourner les assiettes aussi. Bref, il faut l’œil et le rythme…


Quelles sont tes facteurs clés de motivation?
Découverte : découvrir de nouveaux sujets. Rencontrer des personnes, avec l’impact que cela peut créer.
Je suis aussi très attaché à l’idée de projet collectif. J’assume d’avoir créé une entreprise qui doit réunir des personnes de talents. Ce sont donc des personnes qu’il faut nourrir. Je suis très motivé pour trouver, toujours, comment les nourrir, autant intellectuellement que financièrement.


De manière générale, es-tu satisfait(e) de ta performance personnelle et/ou professionnelle aujourd’hui?
Satisfait ça reviendrait à dire rassasié. Or je ne le suis pas. J’ai toujours deux façons de regarder les choses:
Devant : non, je ne suis pas satisfait, je suis loin d'être arrivé.
Derrière, dans le retroviseur : je me dis souvent que je n’avais certainement pas imaginé en arriver « là ».
J’essaie toujours de me poser la même question : “qu’est ce que j’aurais pu mieux faire?” et de ce point de vue là, j’ai parfois des regrets mais aucun remord.


D’après toi, quels sont les éléments clés pour finaliser des projets avec succès (d’un point de vue personnel et professionnel)
Alors déjà, pour commencer : je ne répondrais pas immédiatement à ta question. Mais j’y répondrai!
A mon avis, le seul trait commun à tous les entrepreneurs : c’est l’impatience. Il y a autant d‘entrepreneurs différents qu’il y a d’entrepreneurs. Il en existe des cérébraux, des manuels, de droite, de gauche, empathique, misanthropes, etc.
En revanche, chaque entrepreneur pense qu’il ira plus vite. Qu’il doit aller plus vite. Soit plus vite que les autres, soit plus vite que ce qui se passera réellement
En ce qui me concerne, j’ai toujours été heureux et réaliste. Les gens qui vivent dans une bulle ou ceux qui sont malheureux dans leur exercice, ça doit être dur.
Pour répondre à ta question : quand on se réalise dans ce qu’on fait, on envoie des signaux positifs à l’ensemble des gens autour de soi. Et de fait, naturellement, les gens sont attirés et ont envie d’aider, de contribuer. Car c’est positif.
Néanmoins il ne faut pas être dans sa bulle : ce sont les mêmes règles pour tout le monde. Si on se trompe, ce n’est pas la faute du client, de la banque ou du VC. Il faut savoir rester ouvert aux autres et sur l’environnement extérieur.


Penses-tu avoir un équilibre de vie entre l’aspect personnel et l’aspect professionnel ?
Il n’y a que 24h dans une journée. Je ne peux pas faire mieux. Je pense tout donner à mon boulot et à famille. Je ne sais pas mieux équilibrer.
Il y a un principe pour moi qui est super important : dans l’éducation tu fais le mieux que tu peux. Il y a beaucoup de choses qui ne dépendent pas de soi. On peut pas être parfait dans l’éducation.
Il y a des gens qui assument de faire des impasses. Il y a beaucoup de gens qui disent ne pas voir leurs enfants, au moins sur une période donnée.
La littérature est peuplée d’histoires affreuses (Vipère au Poing par exemple) d’enfants pas aimés qui deviennent des adultes géniaux. Je ne suis pas pour la culpabilité sur ce sujet, pour les hommes comme pour les femmes.


Comment gères-tu ton environnement personnel au vu de ton succès professionnel?
J’ai eu la chance professionnellement de travailler avec tous mes plus proches. Ma soeur, ma femme, mes meilleurs amis, les femmes de mes meilleurs amis. Et je ne l’ai jamais regretté
Mon succès professionnel est une forme de non-dit, assez bien assumé
Je n’ai pas de collaborateurs, j’ai des collègues. Mais il ne faut pas fuir ses responsabilités. Quand il faut pas dormir de la nuit, ben c’est toi qui le fais...
J’ai gardé les mêmes amis. Ton cercle d’amis évolue avec le temps, un peu comme quand tu passes au collège ou au lycée. Il y a une proximité physique et intellectuelle qui se forme. C’est aussi super précieux de garder ses amis, de savoir où tu viens. Et de ne pas choisir des proches par intérêt. C'est aussi un bonheur de rencontrer de nouveaux amis, c'est la chance d'évoluer dans un environnement aussi riche et, sincèrement, ouvert...


Penses-tu que l’impact des femmes ait changé au cours des dernières années?
Enormément
J’ai la chance d’en avoir fait un vrai point de développement. Et je pense pouvoir dire qu’à certains moments je n’ai pas été loin de passer en force chez FABERNOVEL pour recruter des femmes.
C’est extrêmement compliqué de bien équilibrer. On vient seulement de recruter le premier homme aux RH chez FABERNOVEL.
L’équilibre général est bon, mais en descendant dans la granularité c’est beaucoup plus compliqué. L’harmonie plus plus difficile à obtenir.
Un équilibre à la fois global et détaillé est très difficile à obtenir


D’après toi, quel est l’élément clé sur lequel les femmes devraient se concentrer actuellement?

Je pense qu’il faut savoir assumer son leadership.
Mais c’est compliqué dans l’absolu de répondre:  chaque cas est différent, les trajectoires ne sont pas les mêmes.
Pour ce que j'en ai vu, les femmes hésitent souvent à faire le dernier pas vers une nouvelle opportunité.
J’aimerais aussi leur conseiller d’être plus « visible », je suis souvent surpris de la difficulté à inviter des femmes à des événements, à prendre la parole et c’est un vrai pincement au cœur de se rendre compte que ce sont souvent elles qui annulent au dernier moment. Si elles ont raison, alors annulons tout ce Barnum… C’est ça, il faudrait sans doute trouver d’autre source d’inspiration et de rencontre / sérendipité. Je vais y réfléchir !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Anne-Flore Maman Larraufie empowhers

Qui es-tu ?
Je suis Anne-Flore Maman Larraufie. Je dirais que je suis une personne qui a à coeur de faire croître les choses et les gens. De faire grandir ce qui l’entoure et ceux qui l’entourent.
D’où viens-tu et où en es-tu actuellement ?

Je suis française et c’est important pour moi. Je viens de divers horizons que j’ai construits à travers ma vie académique et professionnelle. Ils ont tous une logique même si de prime abord on ne dirait pas ! (rires). J’ai des activités dans le monde entier, avec des interlocuteurs tous différents. Mon mari et ma famille sont en France, j’ai quatre maisons dans le monde... en fait, je dirais que ma maison principale est l’avion ! (rires). Il y a plusieurs volets dans ma vie professionnelle, le premier est le volet entrepreneurial : j’ai créé ma société Semio Consult quand j’étais en doctorat. Je n’avais pas spécialement de vocation d’entrepreneur mais j’ai eu un client, un jour, qui m’a demandé une facture et c’est comme ça que j’ai créé ma structure…

Vanessa Barros empowhers

Qui êtes-vous ? Je suis une citoyenne du monde. J’ai des origines portugaises mais j’ai vécu un peu partout. Mes enfants ont mes deux nationalités et la nationalité britannique de leur père en plus. Pour la coupe du Monde c’est pratique !
D’où venez-vous et où en êtes-vous actuellement ?

J’ai été élevée entre la France et le Portugal, moitié moitié je dirais.
J’ai entamé une carrière internationale dans la Publicité après des études à l’ESSEC. Au bout de deux ans chez Saatchi & Saatchi Paris, j'ai eu très envie de retourner aux États-Unis où j'avais fait mon stage de fin d'études (Los Angeles) car j'avais beaucoup apprécié ce pays. J’ai commencé à préparer un MBA pensant que c'était le seul moyen pour moi de retourner aux Etats-Unis. Quand un de mes supérieurs hiérarchiques l'a appris, il m'a dit : « au lieu d'aller dépenser de l'argent aux États-Unis est-ce que tu ne veux pas plutôt aller en gagner ? ». Il m'a promis de me transférer à l’Agen…

Véronique Salman empowhers

Qui es-tu ?
Je me définis à la fois comme le produit de mon passé et le champ de mes perspectives possibles. Je ne suis plus l’héritière de mes parents, c’est en cela que je me trouve Moi-même. Parfois, je me dis que je me suis « gravie »… comme une montagne. Compliqué au début, harassant souvent, rarement récompensé. Mais, en haut  – du moins de là où je suis arrivée actuellement - que la vue est belle ! Je dirais aussi que je suis psychanalyste, coach spécialisé dans les questions d’expressivité, médiatrainer, enseignante en Communication interpersonnelle. Je suis aussi fille, mère, épouse, femme. Je suis Lilloise après avoir été Parisienne, avec des grands-parents Azéri, Ukrainien et juifs d’Égypte. Hitler et Staline ont marqué mon récit familial. Je suis voyageuse, lectrice, cinéphile, créatrice à mes heures et photographe. J’ai été journaliste à RTL et à RMC, communicante, graphiste. Directrice, chef, responsable, jamais sans une mission qui ne m’apporte un certain accomplissement…