Accéder au contenu principal

Dorothée Burkel empowhers

Who are you?
Hm… aujourd’hui je suis responsable des fonctions « Corporate » de ParnerRe qui est un réassureur global. Mon périmètre couvre les RH, la Communication, le Juridique, l’Audit interne, l’IT et les Services Généraux, pour l’ensemble du monde. Je suis éclectique : j’ai travaillé dans des univers et des métiers très différents de l’édition aux nouvelles technologies, Google et maintenant la réassurance … Je suis mère de 3 jeunes adultes, et j’aime beaucoup de choses -et de gens- dans la vie en dehors de mon travail !

D’où viens-tu et où en es-tu actuellement?

Je viens d’une famille française très classique dans laquelle on croyait beaucoup aux études, et j’ai été élevée dans une certaine parité à la maison. J’ai été poussée et encouragée à ne pas rester dans l’ombre et à mener une vraie vie professionnelle. C’était possible de tout mener de front… ce qui aide à ne pas se poser trop de questions et à ne pas se sentir coupable de vouloir tout!

Comment te considères-tu en 3 mots?
Confiante. Energique. Exigeante

Quel serait un jour “normal” dans ta vie?
Il n’y a pas de jours normaux ! Mais disons qu’il y a souvent un ordinateur portable à portée de main, une valise car je voyage beaucoup, deux ou trois livres en cours à différents niveaux d’avancement (un de management, un roman et un truc intermédiaire genre sociologie ou psychologie) du chocolat noir pour les coup de fatigue et parce que j’adore cela.
J’aime travailler le matin, c’est là que je suis le plus productive pour les travaux de réflexion et de conception. Et après il y a souvent beaucoup de points individuels et de réunions. J’ai besoin de beaucoup d’interactions pour me nourrir et comprendre ce qui se passe autour de moi. J’essaie de garder du temps pour déjeuner ou diner avec des amis et faire un peu de sport. Je structure beaucoup mon temps de travail, très peu le reste. Mon mari fait en sorte que nous gardions une vie sociale, ce qui m’enchante car comme je n’ai pas envie de planifier ma vie privée, ça se dégraderait très vite si ça ne tenait qu’à moi ! ET… vive les applis qui permettent de se décider à la dernière minute !

Quelle expérience considères-tu comme la plus impactante dans ta carrière aujourd’hui?
D’avoir changé de métier ou d’univers plusieurs fois : cela permet de se réinventer et d’apprendre, de dépasser des préjugés et des « croyances limitantes » comme disent les psy… Chacun de ces changements a été intense : inconfortable, excitant, formateur.

Que ferais-tu différemment maintenant qu’il y a plusieurs années?
Franchement, je m’autoriserais plus de breaks – j’encourage les jeunes femmes autour de moi à prendre de vrais congés maternité et s’arrêter vraiment. Je n’ai pas su, ni osé le faire et je regrette aujourd’hui. Sinon, je considère que j’ai eu beaucoup de chance dans ma vie professionnelle ou alors j’ai développé un très bon instinct pour choisir les gens qui me feraient progresser tout en étant incroyablement bienveillants.

Quel conseil partagerais-tu avec les jeunes?
Se fier à son instinct quand on choisit un job, se méfier des titres, salaires, réputations ce n’est pas le plus important. Etre bien entouré est essentiel car on développe sa confiance en soi et on prend plus de risques ce qui est gagnant sur la durée… et toujours avoir un plan « B » si les choses ne se passent pas comme prévu !



Comment priorises-tu les choses/tâches dans ta vie quotidienne?
Mal… mais je progresse. J’ai appris à identifier mieux mon rythme (quand voyager, comment structurer ma journée, quand planifier les moments de break et les entretiens…) à quel moment faire du sport, aller faire un tour dehors, comment identifier les gens et les activités qui prennent ou donnent de l’énergie et avoir le bon équilibre entre tous cela … c’est plus facile maintenant que nous ne sommes plus que deux à la maison. Mais je fais attention à cela : beaucoup de planification au travail et le moins possible à la maison, être dans l’énergie du moment le week-end plutôt que de suivre un programme dense, c’est la meilleure façon pour moi de me recharger.

Quels sont tes facteurs clés de motivation?
J’adore l’entreprise en fait : des gens que rien ne destine à passer 8 heures par jour ensemble et qui le font parfois pendant des années… c’est incroyable non ? Ce monde ne cesse pas de m’étonner et j’essaie de faire en sorte que ça fonctionne sur des bases saines pour que ça marche mieux pour tout le monde.

De manière générale, es-tu satisfait(e) de ta performance personnelle et/ou professionnelle aujourd’hui?

Oui, je suis vraiment contente de ce que j’ai accompli et je ce qu’il y a devant moi me motive tout autant !

D’après toi, quels sont les éléments clés pour finaliser des projets avec succès (d’un point de vue personnel et professionnel)?
Ne pas se raconter d’histoires : savoir qui on est, ce qu’on vaut, ce qu’on veut et respecter les autres, quelles que soient leur expérience ou leurs motivations.

Penses-tu avoir un équilibre de vie entre l’aspect personnel et l’aspect professionnel ?
Je ne suis pas une fanatique de cette notion : j’ai un job qui ne s’arrête pas à heure fixes, il y a des sujets qui résistent et qui me travaillent à tout moment – mais c’est moi qui ai choisi ce travail et vraiment j’adore ce que je fais. 
L’important est de me sentir libre de dire stop et de ne pas créer une trop grande dépendance financière en particulier pour conserver une marge de manœuvre et poser mes limites. Mais il faut sans cesse ajuster : lorsque mes enfants étaient petits, mon critère principal pour un travail était la proximité géographique – autant dire que ça ne fait pas un plan de carrière – mais du coup j’ai pu travailler dans de très bonnes conditions – être à 5mn a pied me donnait un confort psychologique énorme, et donc de progresser. 
Lorsque la contrainte logistique s’est assouplie, j’étais prête pour plus de responsabilités, des déplacements… et j’ai pris un job plus complexe. Il faut travailler avec ses contraintes pas « contre elles », de façon à être « au mieux » à chaque moment et surtout n’en vouloir à personne – assumer ses choix et ajuster en fonction des moments de la vie. Et cela implique aussi un dialogue à deux permanent pour ne pas gérer tout cela seule.

Comment gères-tu ton environnement personnel au vu de ton succès professionnel?
Le regard des autres est souvent compliqué. Il y a beaucoup de jugement…positif ou négatif mais il est rarement neutre. J’ai mis du temps à prendre de la distance. Le fait que je compartimente beaucoup aide car je parle peu de mon travail au-delà de mon cercle très proche. C’est aussi une façon de bien dissocier les deux vies.

Penses-tu que l’impact des femmes ait changé au cours des dernières années?
Je crois qu’on prend réellement conscience de la difficulté profonde des femmes et des hommes à changer leur regard sur le rôle du féminin dans l’entreprise. Mais on en parle, et c’est très nouveau.

D’après toi, quel est l’élément clé sur lequel les femmes devraient se concentrer actuellement?
Ne pas s’aliéner les hommes. 
Le problème que nous vivons aujourd’hui est celui de tout le monde : il faut réintégrer le féminin dans l’entreprise pour le bien de tous. Les femmes doivent avant tout ne pas se poser en victimes, et arriver à dépasser le déni de réalité côté institutions quelles qu’elles soient… 
Il faut également s’intéresser au sujet à chaque âge de la vie : ça commence à la maison, puis à l’école, puis à l’université, etc. C’est une attention de tous les instants pour aider filles et garçons à vivre dans un référentiel différent où chacun est moins défini par des rôles sociaux que des aspirations profondes. 
Mais j’ai beaucoup d’espoir car il me semble que mes enfants sont plus à l’aise et plus matures sur ce sujet. Il l’affrontent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Anne-Flore Maman Larraufie empowhers

Qui es-tu ?
Je suis Anne-Flore Maman Larraufie. Je dirais que je suis une personne qui a à coeur de faire croître les choses et les gens. De faire grandir ce qui l’entoure et ceux qui l’entourent.
D’où viens-tu et où en es-tu actuellement ?

Je suis française et c’est important pour moi. Je viens de divers horizons que j’ai construits à travers ma vie académique et professionnelle. Ils ont tous une logique même si de prime abord on ne dirait pas ! (rires). J’ai des activités dans le monde entier, avec des interlocuteurs tous différents. Mon mari et ma famille sont en France, j’ai quatre maisons dans le monde... en fait, je dirais que ma maison principale est l’avion ! (rires). Il y a plusieurs volets dans ma vie professionnelle, le premier est le volet entrepreneurial : j’ai créé ma société Semio Consult quand j’étais en doctorat. Je n’avais pas spécialement de vocation d’entrepreneur mais j’ai eu un client, un jour, qui m’a demandé une facture et c’est comme ça que j’ai créé ma structure…

Vanessa Barros empowhers

Qui êtes-vous ? Je suis une citoyenne du monde. J’ai des origines portugaises mais j’ai vécu un peu partout. Mes enfants ont mes deux nationalités et la nationalité britannique de leur père en plus. Pour la coupe du Monde c’est pratique !
D’où venez-vous et où en êtes-vous actuellement ?

J’ai été élevée entre la France et le Portugal, moitié moitié je dirais.
J’ai entamé une carrière internationale dans la Publicité après des études à l’ESSEC. Au bout de deux ans chez Saatchi & Saatchi Paris, j'ai eu très envie de retourner aux États-Unis où j'avais fait mon stage de fin d'études (Los Angeles) car j'avais beaucoup apprécié ce pays. J’ai commencé à préparer un MBA pensant que c'était le seul moyen pour moi de retourner aux Etats-Unis. Quand un de mes supérieurs hiérarchiques l'a appris, il m'a dit : « au lieu d'aller dépenser de l'argent aux États-Unis est-ce que tu ne veux pas plutôt aller en gagner ? ». Il m'a promis de me transférer à l’Agen…

Véronique Salman empowhers

Qui es-tu ?
Je me définis à la fois comme le produit de mon passé et le champ de mes perspectives possibles. Je ne suis plus l’héritière de mes parents, c’est en cela que je me trouve Moi-même. Parfois, je me dis que je me suis « gravie »… comme une montagne. Compliqué au début, harassant souvent, rarement récompensé. Mais, en haut  – du moins de là où je suis arrivée actuellement - que la vue est belle ! Je dirais aussi que je suis psychanalyste, coach spécialisé dans les questions d’expressivité, médiatrainer, enseignante en Communication interpersonnelle. Je suis aussi fille, mère, épouse, femme. Je suis Lilloise après avoir été Parisienne, avec des grands-parents Azéri, Ukrainien et juifs d’Égypte. Hitler et Staline ont marqué mon récit familial. Je suis voyageuse, lectrice, cinéphile, créatrice à mes heures et photographe. J’ai été journaliste à RTL et à RMC, communicante, graphiste. Directrice, chef, responsable, jamais sans une mission qui ne m’apporte un certain accomplissement…