Accéder au contenu principal

Beatrice Jung empowhers

Qui es-tu?
J’adore cette question.
Beatrice Jung, 48 ans, psychiquement aboutie sur 3 piliers qui sont : alignement, conscience et reliance. La galette du tabouret étant la générosité. Je suis Directrice RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise) de Transdev

D’où viens-tu et où es-tu aujourd’hui?

J’ai une double origine du sud et de l’est de la France, J’ai fait des études de commerce et mon parcours professionnel dans les services aux collectivités locales s’est déroulé jusqu’en 2015 dans des fonctions marketing & business development. études marketing. Depuis un an j’ai rejoint la DRH du groupe Transdev pour prendre la direction de la RSE

Comment te considères-tu en 3 mots?

Hyper sympa
En quête (j’aime questionner, explorer, élargir ma vision toujours)
Tenue par des valeurs (les valeurs sont des portes qui s’ouvrent à un moment sur la vie qu’on veut avoir)


Quel serait un jour “normal” dans ta vie?
C'est un jour où je me lève en disant merci au cosmos. Café (heureuse d’être où je suis). Je pars travailler (stimulée par tous les possibles du jour). J’alterne réunions, rendez-vous et échanges autour de la qualité de vie au travail et l’engagement des collaborateurs, la le management de la diversité ou la lutte contre les stéréotypes, l’inclusion et le futur de nos métiers, . (j’alterne… j’apprends… je partage.. j’explore et je découvre… .et j’aide quelqu’un à être un petit peu plus lui et quelqu’un m’aide à être un petit peu plus moi…et au final ce sont les projets et l’entreprise qui sont de plus en plus ce qu’ils doivent être pour être bons)
Je rejoins amis ou famille, ou un cours de yoga
Et avant de me coucher un petit message de ma grande fille (cela dit plus elle devient adulte plus le message quotidien devient exceptionnel !). 


Quelle expérience considères-tu comme la plus impactante dans ta carrière aujourd’hui?

J’en ai deux en fait, que je retiens. Je commence par la dernière.
Le pivot avec ma future chef, qui me dit “je ne te choisis pas pour que ce que tu as fait, mais pour ce que tu es. Mon enjeu managérial sera que tu te rendes compte de ce que tu es”’
La deuxième expérience impactante est celle partagée avec deux collègues sur un projet qui se développe, murit et grandit pour devenir un pan important de la stratégie de l’entreprise aujourd’hui. Projet qui a été initié par la rencontre de trois personnes, avec trois compétences différentes : l’expertise, le bizdev et la connaissance client. Cette rencontre a été très impactante pour moi car je suis convaincue qu’à l’origine des plus grands succès, il y a l’envie de travailler ensemble, l’intuition d’un truc à faire et le match entre personnes différentes, en sachant qui l’on est pour un projet qui ressemblera aux 3.

Que ferais-tu différemment maintenant qu’il y a plusieurs années?

Je pense que je travaillerais beaucoup plus vite à comprendre ce que je veux incarner, le message que je veux porter, les valeurs que je veux diffuser.
Quoi que je fasse, j’ai toujours voulu faire quelque chose qui compte. Si je l’avais compris plus vite, cela m’aurait permis plus rapidement de comprendre quel type de contribution au succès de l’entreprise me correspond le mieux Tout en m’appuyant fortement sur qui je suis, sans combattre vis-à-vis de moi-même
Cela se traduit de différentes manières selon l’âge, l’expérience ou les interlocuteurs.


Quel conseil partagerais-tu avec les jeunes?
Etre généreux et aller là où leur générosité les poussent.
Etre toujours curieux.
Faire vite la différence entre être aimé(e) et avoir un sponsor.
J’ai oublié de parler de ma règle d’or : toujours se poser la question lors d’une rencontre ou d’un moment important : est-ce que je me sens mieux après qu’avant. Quoiqu’il s’y soit passé. Pour peu à peu comprendre le type d’énergie dont on a besoin

Comment priorises-tu les choses/tâches dans ta vie quotidienne?

Je priorise selon l’impact que mes actions ont sur les autres et sur moi.
Dans mon quotidien professionnel, je priorise également en fonction des deadlines (of course).
Je ne suis pas encore très bonne sur le coté grosse pierre / petite pierre, qui revient à choisir ses actions en fonction de ce qui est important dans ma vie
Instinctivement, je vais prioriser la mise en connexion de toutes les personnes qui font partie (ou devraient faire partie) d’un projet pour qu’il soit réussi


Quelles sont tes facteurs clés de motivation?
La possibilité d’exploration et de mise en lien.

De manière générale, es-tu satisfait(e) de ta performance personnelle et/ou professionnelle aujourd’hui?
Oui

D’après toi, quels sont les éléments clés pour finaliser des projets avec succès (d’un point de vue personnel et professionnel)?

Visualiser et fédérer le bon casting du point 0 au dernier point. En terme de rôle et non pas de positionnement hiérarchique ou politique dans l’entreprise
Etre alignés sur un objectif commun et libre de contribuer selon son talent et en coopération avec les autres

Penses-tu avoir un équilibre de vie entre l’aspect personnel et l’aspect professionnel ?

Globalement oui. Dans ma vie personnelle je pourrais un peu plus anticiper. Je le fais peu, mais en même temps ce n’est pas ma nature

Comment gères-tu ton environnement personnel au vu de ton succès professionnel?
Je m’excuse de moins en moins d’être qui je suis.
J’ai inversé la balance entre me prendre au sérieux et faire les choses sérieusement. Aujourd’hui je parviens à faire respecter ce qui est important pour moi sans me prendre au sérieux.

Penses-tu que l’impact des femmes ait changé au cours des dernières années?

Je pense que, sur le principe, on commence à s’habituer à voir des femmes parfaitement à l’aise avec le pouvoir.
Néanmoins je pense qu’il faut qu’on approfondisse encore pour les voir à l’aise avec leur propre pouvoir.
C’est un point auquel nous n’arriverons jamais au bout, tout comme on éradiquera pas les stéréotypes qui évoluent mais ne disparaissent pas - il faut juste en rester conscient
Cela me fait penser à une question proposée dans la préparation d’un événement récent pour promouvoir les femmes dans le transport (donc bonne intention): “pouvez-vous parler de l’apport des femmes dans l’entreprise?”. Pose-t-on la question de l’apport des hommes dans l’entreprise. De quoi parle-t-on?

D’après toi, quel est l’élément clé sur lequel les femmes devraient se concentrer actuellement?

Ne pas se prendre les pieds dans le “il y a un endroit ici très visible, je n’y suis pas, il faut que j’y sois à tout prix”. Ou « pour faire ma place parmi les dominants je dois travailler mon côté dominant » Finalement, le plus important est d’habiter la place à laquelle on est Et bien travailler ce qu’on veut dire dans la vie, les valeurs que l’on veut défendre, les projets que l’on veut développer.. et faire son chemin en fonction de cela
Utiliser son énergie au bon endroit, celui où on se sent bien, là où on gagne de l’énergie

Pour femmes et hommes, la richesse d’être différent est révélée à tous ceux qui se montrent curieux de l’autre….

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Anne-Flore Maman Larraufie empowhers

Qui es-tu ?
Je suis Anne-Flore Maman Larraufie. Je dirais que je suis une personne qui a à coeur de faire croître les choses et les gens. De faire grandir ce qui l’entoure et ceux qui l’entourent.
D’où viens-tu et où en es-tu actuellement ?

Je suis française et c’est important pour moi. Je viens de divers horizons que j’ai construits à travers ma vie académique et professionnelle. Ils ont tous une logique même si de prime abord on ne dirait pas ! (rires). J’ai des activités dans le monde entier, avec des interlocuteurs tous différents. Mon mari et ma famille sont en France, j’ai quatre maisons dans le monde... en fait, je dirais que ma maison principale est l’avion ! (rires). Il y a plusieurs volets dans ma vie professionnelle, le premier est le volet entrepreneurial : j’ai créé ma société Semio Consult quand j’étais en doctorat. Je n’avais pas spécialement de vocation d’entrepreneur mais j’ai eu un client, un jour, qui m’a demandé une facture et c’est comme ça que j’ai créé ma structure…

Vanessa Barros empowhers

Qui êtes-vous ? Je suis une citoyenne du monde. J’ai des origines portugaises mais j’ai vécu un peu partout. Mes enfants ont mes deux nationalités et la nationalité britannique de leur père en plus. Pour la coupe du Monde c’est pratique !
D’où venez-vous et où en êtes-vous actuellement ?

J’ai été élevée entre la France et le Portugal, moitié moitié je dirais.
J’ai entamé une carrière internationale dans la Publicité après des études à l’ESSEC. Au bout de deux ans chez Saatchi & Saatchi Paris, j'ai eu très envie de retourner aux États-Unis où j'avais fait mon stage de fin d'études (Los Angeles) car j'avais beaucoup apprécié ce pays. J’ai commencé à préparer un MBA pensant que c'était le seul moyen pour moi de retourner aux Etats-Unis. Quand un de mes supérieurs hiérarchiques l'a appris, il m'a dit : « au lieu d'aller dépenser de l'argent aux États-Unis est-ce que tu ne veux pas plutôt aller en gagner ? ». Il m'a promis de me transférer à l’Agen…

Véronique Salman empowhers

Qui es-tu ?
Je me définis à la fois comme le produit de mon passé et le champ de mes perspectives possibles. Je ne suis plus l’héritière de mes parents, c’est en cela que je me trouve Moi-même. Parfois, je me dis que je me suis « gravie »… comme une montagne. Compliqué au début, harassant souvent, rarement récompensé. Mais, en haut  – du moins de là où je suis arrivée actuellement - que la vue est belle ! Je dirais aussi que je suis psychanalyste, coach spécialisé dans les questions d’expressivité, médiatrainer, enseignante en Communication interpersonnelle. Je suis aussi fille, mère, épouse, femme. Je suis Lilloise après avoir été Parisienne, avec des grands-parents Azéri, Ukrainien et juifs d’Égypte. Hitler et Staline ont marqué mon récit familial. Je suis voyageuse, lectrice, cinéphile, créatrice à mes heures et photographe. J’ai été journaliste à RTL et à RMC, communicante, graphiste. Directrice, chef, responsable, jamais sans une mission qui ne m’apporte un certain accomplissement…