Accéder au contenu principal

Benedicte Tilloy empowhers



Qui es-tu ?
Je suis une dirigeante qui aime les gens.

D’où viens-tu et où en es-tu actuellement?

Pendant 27 ans, j’ai exercé des responsabilités de direction à la SNCF, jusqu’au niveau COMEX. Je viens de quitter cette entreprise et je m’accorde un moment d’ouverture en grand pour réfléchir à la suite.

Comment te considères-tu en 3 mots?

Créative, transformatrice, inspiratrice.
Ou Captain, o my captain, ce qui fait 4 mots.

Quel serait un jour “normal” dans ta vie?
Levée tôt, partager mon temps entre des moments de co-création en équipe, des visites de gens qui réalisent des choses positives dans leur quotidien, et du temps en fin de journée pour lire ou peindre.

Quelle expérience considères-tu comme la plus impactante dans ta carrière aujourd’hui?
La décision prise en temps réel de proposer à l’association d’usagers qui venait se plaindre du mauvais service des trains de Saint-Lazare de les aider à réaliser la grille horaire de leur souhait, de le faire effectivement, et de voir les résultats s’améliorer significativement.

Que ferais-tu différemment maintenant qu’il y a plusieurs années?
Ecouter avec plus d’attention les objections faites aux nouveaux projets pour démêler les alertes et les résistances au changement.

Quel conseil partagerais-tu avec les jeunes?

Pour bien diriger, il ne faut pas chercher à surplomber son équipe. Il faut vivre au milieu d’elle pour éclairer la route et être en soutien permanent aux initiatives.
Ne jamais se trouver d’excuses pour agir en contradiction avec ses valeurs, quitte à en payer le prix. C’est en fait le prix de la liberté, qui vous rend crédible et génère la confiance des gens qui vous entourent.

Comment priorises-tu les choses/tâches dans ta vie quotidienne?
J’ai parfois du mal ! je vérifie plutôt a posteriori que j’ai consacré assez de temps à garder le contact avec ceux qui voient les clients, internes ou externes.

Quelles sont tes facteurs clés de motivation?
Voir les collaborateurs s’épanouir dans leur travail. Connecter des gens a priori pas « compatibles » et constater que cela crée des opportunités pour les deux, voire des réalisations pour tous.

De manière générale, es-tu satisfaite de ta performance personnelle et/ou professionnelle aujourd’hui?
Quand je regarde en arrière, je suis plutôt fière de ce que je suis devenue. Je suis à la fois excitée et dans l’inconfort face à la situation immédiate que j’ai créée en quittant la SNCF.
C’est une sensation qui me reconnecte avec le tout début de ma vie professionnelle, et avec mes enfants qui sont en train de vivre cette expérience.

D’après toi, quels sont les éléments clés pour finaliser des projets avec succès (d’un point de vue personnel et professionnel)?
S’entourer de collaborateurs complémentaires et motivés, passer du temps à bien nous aligner sur nos objectifs, être intraitables sur nos valeurs, et accepter que tout ne soit pas tous les jours parfait. Cela vaut d’ailleurs aussi pour la vie personnelle.
Les projets qui portent le nom de « excellenceXXX » ou « performanceYYY » m’inquiètent car ils ne font pas la place aux erreurs et c’est pourtant en sachant les gérer ensemble qu’on parvient plus vite au résultat.

Penses-tu avoir un équilibre de vie entre l’aspect personnel et l’aspect professionnel ?

Oui, mais la période s’y prête bien.

Comment gères-tu ton environnement personnel au vu de ton succès professionnel
J’ai la chance de vivre dans une famille unie. Je passe mon temps libre avec elle, dans la simplicité.

Penses-tu que l’impact des femmes ait changé au cours des dernières années?
Oui, car la loi et l’opinion imposent progressivement leur présence effective, ce qui permet de compenser leur difficulté à revendiquer leur ambition, malgré leur compétence.
Mais c’est toujours un combat quand même, et c’est pour cela que les dirigeantes senior et les hommes doivent aider les plus jeunes à assumer leur talent.

D’après toi, quel est l’élément clé sur lequel les femmes devraient se concentrer actuellement?
Assumer de porter sur les choses un regard décadrant qui remette en cause des façons de faire inopérantes et pourtant installées.

Mention spéciale : Dominique Larpin-Bourgeois vue par Benedicte Tilloy 

Dans votre collaboration, comment avez-vous aidé l’autre ?
Je ne supportais plus d’entendre Dominique se reprocher beaucoup de petites choses invisibles, ni de la voir considérer ses collègues systématiquement meilleures qu’elles ! D’autant que ce n’était pas du tout ce que je constatais dans notre collaboration. Alors, je lui ai donné l’objectif d’y travailler et elle a accepté de se faire coacher. Et je l’ai vue changer, prendre confiance en elle, s’épanouir dans sa relation aux autres. Je suis heureuse d’avoir pu lui apporter cela.

Dans votre collaboration, comment l’autre vous a aidée ?Dominique m’a beaucoup protégée, notamment lors de ma prise de poste. Elle a tissé un réseau de proximité de grande qualité autour d’elle, ce qui lui a permis de résoudre à son niveau de multiples problèmes quotidiens qui ne sont pas remontés jusqu’à moi.
Dans mes moments de doute, elle a su me remonter tous les petits signaux faibles qui témoignaient du fait que mes premières actions avaient déjà un écho positif auprès des personnels concernés.

Quelles sont ses principales qualités ?

Dominique sait se mettre à la place des autres et leur témoigner une empathie réelle. Elle a un sens du résultat chevillé au corps, ce qui fait d’elle une assistante extrêmement fiable.
Je lui ai dit qu’elle était le croisement de la fée clochette et du videur de boite de nuit !

Commentaires

  1. C'était une évidence qu'une telle Belle personne finira par quitter une société en perpétuelle transformation et dans les valeurs évoluent considérablement. Elle est trop brillante pour y rester

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Anne-Flore Maman Larraufie empowhers

Qui es-tu ?
Je suis Anne-Flore Maman Larraufie. Je dirais que je suis une personne qui a à coeur de faire croître les choses et les gens. De faire grandir ce qui l’entoure et ceux qui l’entourent.
D’où viens-tu et où en es-tu actuellement ?

Je suis française et c’est important pour moi. Je viens de divers horizons que j’ai construits à travers ma vie académique et professionnelle. Ils ont tous une logique même si de prime abord on ne dirait pas ! (rires). J’ai des activités dans le monde entier, avec des interlocuteurs tous différents. Mon mari et ma famille sont en France, j’ai quatre maisons dans le monde... en fait, je dirais que ma maison principale est l’avion ! (rires). Il y a plusieurs volets dans ma vie professionnelle, le premier est le volet entrepreneurial : j’ai créé ma société Semio Consult quand j’étais en doctorat. Je n’avais pas spécialement de vocation d’entrepreneur mais j’ai eu un client, un jour, qui m’a demandé une facture et c’est comme ça que j’ai créé ma structure…

Véronique Salman empowhers

Qui es-tu ?
Je me définis à la fois comme le produit de mon passé et le champ de mes perspectives possibles. Je ne suis plus l’héritière de mes parents, c’est en cela que je me trouve Moi-même. Parfois, je me dis que je me suis « gravie »… comme une montagne. Compliqué au début, harassant souvent, rarement récompensé. Mais, en haut  – du moins de là où je suis arrivée actuellement - que la vue est belle ! Je dirais aussi que je suis psychanalyste, coach spécialisé dans les questions d’expressivité, médiatrainer, enseignante en Communication interpersonnelle. Je suis aussi fille, mère, épouse, femme. Je suis Lilloise après avoir été Parisienne, avec des grands-parents Azéri, Ukrainien et juifs d’Égypte. Hitler et Staline ont marqué mon récit familial. Je suis voyageuse, lectrice, cinéphile, créatrice à mes heures et photographe. J’ai été journaliste à RTL et à RMC, communicante, graphiste. Directrice, chef, responsable, jamais sans une mission qui ne m’apporte un certain accomplissement…

Vanessa Barros empowhers

Qui êtes-vous ? Je suis une citoyenne du monde. J’ai des origines portugaises mais j’ai vécu un peu partout. Mes enfants ont mes deux nationalités et la nationalité britannique de leur père en plus. Pour la coupe du Monde c’est pratique !
D’où venez-vous et où en êtes-vous actuellement ?

J’ai été élevée entre la France et le Portugal, moitié moitié je dirais.
J’ai entamé une carrière internationale dans la Publicité après des études à l’ESSEC. Au bout de deux ans chez Saatchi & Saatchi Paris, j'ai eu très envie de retourner aux États-Unis où j'avais fait mon stage de fin d'études (Los Angeles) car j'avais beaucoup apprécié ce pays. J’ai commencé à préparer un MBA pensant que c'était le seul moyen pour moi de retourner aux Etats-Unis. Quand un de mes supérieurs hiérarchiques l'a appris, il m'a dit : « au lieu d'aller dépenser de l'argent aux États-Unis est-ce que tu ne veux pas plutôt aller en gagner ? ». Il m'a promis de me transférer à l’Agen…