Accéder au contenu principal

Emmanuelle Larroque empowhers



Qui es-tu / êtes-vous?
Startupeuse, hyper active, passionnée, engagée à contribuer à créer un monde inclusif.


D’où viens-tu et où en es-tu actuellement?
J’ai testé de multiples environnements de travail pour finir par choisir l’entrepreneuriat comme celui qui permet de concilier vision et action. J’ai créé Social Builder qui concrétise la mixité et l’égalité femmes-hommes dans l’économie numérique.

Comment te considères-tu en 3 mots?
Innovante
Visionnaire
Courageuse

Quel serait un jour “normal” dans ta vie?
Déposer mon fils à l’école en vélo, coordonner des projets, motiver des personnes à nous rejoindre ou nous soutenir, blaguer avec l’équipe, gérer des questions administratives, profiter de quelques instants en famille, finaliser des dossiers, me détendre devant un TED ou un article de socio ou les news…

Quelle expérience considères-tu comme la plus impactante dans ta carrière aujourd’hui?
Avoir créé mon entreprise car je suis en maîtrise de mes apprentissages et axes de développement.

Que ferais-tu différemment maintenant qu’il y a plusieurs années?
J’étudiais les arts du spectacle et plastiques, les sciences sociales et cognitives, la philosophie, les mathématiques et la robotique. Pas le business car c’est le plus facile à s’approprier avec le temps.

Quel conseil partagerais-tu avec les jeunes?
Comprenez les directions du monde pour apporter toute votre contribution.

Comment priorises-tu les choses/tâches dans ta vie quotidienne?
Au jour le jour…

Quelles sont tes facteurs clés de motivation?
Avoir un impact concret à créer un monde plus juste, notamment pour les femmes.

De manière générale, es-tu satisfait(e) de ta performance personnelle et/ou professionnelle aujourd’hui?
Je ne suis jamais satisfaite. Ça me pousse à aller toujours de l’avant. Je ne pense pas en termes de performance mais accomplissement de mon potentiel.

D’après toi, quels sont les éléments clés pour finaliser des projets avec succès (d’un point de vue personnel et professionnel)?
La puissance du moment… quand j’utilise la force pour pousser les sujets, ça casse. Avec le temps, j’apprends que tout vient à point quand les étoiles sont alignées.

Penses-tu avoir un équilibre de vie entre l’aspect personnel et l’aspect professionnel ?
Créer une entreprise sociale avec de grandes ambitions c’est une expérience d’une exigence folle qui requière effort et consistance sur une longue durée. Ça polarise mon énergie. C’est un moment spécifique de ma vie. C’est un choix.  
Comment gères-tu ton environnement personnel au vu de ton succès professionnel?
On est deux, on s’épaule, on est entourés, on fait de notre mieux…

Penses-tu que l’impact des femmes ait changé au cours des dernières années?
Pour avoir de l’impact, encore faut-il avoir les moyens d’agir (éducation, capital, visibilité…). Dans le monde, les femmes restent des humains de seconde zone ; les dynamiques ne changent pas depuis des siècles. Elles sont les premières victimes du creusement des inégalités et de la montée du conservatisme. A l’échelle du monde, l’empowerment des femmes reste à mes yeux le sujet prioritaire.

D’après toi, quel est l’élément clé sur lequel les femmes devraient se concentrer actuellement?
Penser, maîtriser, construire la technologie et ses usages pour compter dans un monde en réinvention.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Anne-Flore Maman Larraufie empowhers

Qui es-tu ?
Je suis Anne-Flore Maman Larraufie. Je dirais que je suis une personne qui a à coeur de faire croître les choses et les gens. De faire grandir ce qui l’entoure et ceux qui l’entourent.
D’où viens-tu et où en es-tu actuellement ?

Je suis française et c’est important pour moi. Je viens de divers horizons que j’ai construits à travers ma vie académique et professionnelle. Ils ont tous une logique même si de prime abord on ne dirait pas ! (rires). J’ai des activités dans le monde entier, avec des interlocuteurs tous différents. Mon mari et ma famille sont en France, j’ai quatre maisons dans le monde... en fait, je dirais que ma maison principale est l’avion ! (rires). Il y a plusieurs volets dans ma vie professionnelle, le premier est le volet entrepreneurial : j’ai créé ma société Semio Consult quand j’étais en doctorat. Je n’avais pas spécialement de vocation d’entrepreneur mais j’ai eu un client, un jour, qui m’a demandé une facture et c’est comme ça que j’ai créé ma structure…

Véronique Salman empowhers

Qui es-tu ?
Je me définis à la fois comme le produit de mon passé et le champ de mes perspectives possibles. Je ne suis plus l’héritière de mes parents, c’est en cela que je me trouve Moi-même. Parfois, je me dis que je me suis « gravie »… comme une montagne. Compliqué au début, harassant souvent, rarement récompensé. Mais, en haut  – du moins de là où je suis arrivée actuellement - que la vue est belle ! Je dirais aussi que je suis psychanalyste, coach spécialisé dans les questions d’expressivité, médiatrainer, enseignante en Communication interpersonnelle. Je suis aussi fille, mère, épouse, femme. Je suis Lilloise après avoir été Parisienne, avec des grands-parents Azéri, Ukrainien et juifs d’Égypte. Hitler et Staline ont marqué mon récit familial. Je suis voyageuse, lectrice, cinéphile, créatrice à mes heures et photographe. J’ai été journaliste à RTL et à RMC, communicante, graphiste. Directrice, chef, responsable, jamais sans une mission qui ne m’apporte un certain accomplissement…

Vanessa Barros empowhers

Qui êtes-vous ? Je suis une citoyenne du monde. J’ai des origines portugaises mais j’ai vécu un peu partout. Mes enfants ont mes deux nationalités et la nationalité britannique de leur père en plus. Pour la coupe du Monde c’est pratique !
D’où venez-vous et où en êtes-vous actuellement ?

J’ai été élevée entre la France et le Portugal, moitié moitié je dirais.
J’ai entamé une carrière internationale dans la Publicité après des études à l’ESSEC. Au bout de deux ans chez Saatchi & Saatchi Paris, j'ai eu très envie de retourner aux États-Unis où j'avais fait mon stage de fin d'études (Los Angeles) car j'avais beaucoup apprécié ce pays. J’ai commencé à préparer un MBA pensant que c'était le seul moyen pour moi de retourner aux Etats-Unis. Quand un de mes supérieurs hiérarchiques l'a appris, il m'a dit : « au lieu d'aller dépenser de l'argent aux États-Unis est-ce que tu ne veux pas plutôt aller en gagner ? ». Il m'a promis de me transférer à l’Agen…